OBSERVATOIRE DE PHYTIATRIE

La protection phytosanitaire est une activité principale dans la conduite des cultures pratiquées au  périmètre de Tadla. En effet, ces cultures sont soumises chaque campagne agricole aux attaques de nombreux ravageurs animaux, de pathogènes et de mauvaises herbes dont les conséquences sont parfois néfastes sur la production végétale en absence de mesures appropriées de lutte.

Face aux problèmes engendrés par ces ennemis précités qui sont multiples et imprévisibles, l’agriculteur, du faite qu’il est démuni en matière d’intervention ciblée et justifiée a tendance toujours de recourir de plus en plus à l’utilisation de pesticides. L’emploi abusif de ces produits phytosanitaires peut aboutir à des effets pervers (augmentation des charges, apparition de souches résistantes, pollution de l’environnement, problème de résidus…).   

Pour essayer de remédier à cette situation, l’opération d’encadrement des agriculteurs du périmètre en matière de protection phytosanitaire a été jugée nécessaire par l’ORMVA du Tadla pour garantir un bon état sanitaire des cultures en place et une sauvegarde de l’environnement au niveau de la région.

  • Prévenir les agriculteurs des ravageurs et maladies qui peuvent menacer leurs cultures ;
  • Conseiller les agriculteurs sur les stratégies de lutte à adopter ;
  • Informer les agriculteurs sur les pesticides à usage agricole et sur les mesures aidant à la protection de l’environnement et à la sécurité alimentaire ;
  • Collecter des informations précises sur la situation parasitaire des cultures, nécessaires à l’émission d’avertissements agricoles.

Suite aux observations phytosanitaires relevées sur le terrain chez les agriculteurs de l’observatoire en question, une étude approfondie des informations est réalisée par les phytiatres de l’ORMVAT pour voir l’état parasitaire des cultures et décider ou non d’élaborer un bulletin d’avertissement. S’il est justifié d’émettre ce bulletin pour le distribuer aux agriculteurs, il est édité en arabe au siège et comporte des informations pratiques et succinctes relatives à :

  • La situation phytosanitaire et son évolution pour chaque ravageur ou maladie (présence / absence, Importance, périodes propices de contaminations) ;
  • Les moyens de lutte à mettre en œuvre : choix du produit de traitement et date d’intervention.

La protection phytosanitaire est une activité principale dans la conduite des cultures pratiquées au  périmètre de Tadla. En effet, ces cultures sont soumises chaque campagne agricole aux attaques de nombreux ravageurs animaux, d’agents pathogènes et de mauvaises herbes dont les conséquences sont parfois néfastes sur la production végétale en absence de mesures appropriées de lutte.

Aussi et face aux problèmes engendrés par les ennemis précités qui sont multiples et imprévisibles, l’agriculteur, du faite qu’il est démuni en matière d’intervention ciblée et justifiée, a tendance toujours de recourir de plus en plus à l’utilisation de pesticides. L’emploi abusif de ces produits phytosanitaires peut aboutir à des effets néfastes (augmentation des charges, apparition de souches résistantes, pollution de l’environnement, problème de résidus…).   

Pour essayer de remédier à cette situation, l’opération d’encadrement des agriculteurs du périmètre en matière de protection phytosanitaire a été jugée nécessaire par l’ORMVA du Tadla pour garantir un bon état sanitaire des cultures en place et une sauvegarde de l’environnement au niveau de la région.

Cette opération d’encadrement entamée chaque campagne dès le mois d’Octobre par les phytiatres de l’ORMVAT au niveau de leur zone d’encadrement concerne un certain nombre d’agriculteurs qui sont capable d’appliquer à temps les recommandations de lutte formulées par les spécialistes dans ce domaine.

Ces agriculteurs constituant une sorte d’observatoire d’encadrement phytosanitaire aléatoire sont visités dans le but d’améliorer leur assistance technique et le système de surveillance des ennemis des cultures en place au niveau de leurs exploitations pour une bonne maîtrise de leur état sanitaire surtout qu’on assiste ces dernières années à l’apparition au niveau national et régional de nouveaux ennemis dangereux et plus préoccupants tels que la Rhizomanie, le feu bactérien, la mineuse de la tomate, le Tylc, la mineuse des agrumes, la jaunisse nanisante du Mais,  le charançon rouge du palmier, etc.  ;

Alors et en vue d’être vigilant à l’égard des ennemis précités et à ceux habituellement rencontrés sur les cultures au niveau régional, le suivi au périmètre par les cadres phytiatres de cet observatoire phytosanitaire aléatoire est une nécessité absolue pour le contrôle des ennemis des cultures et pour le transfert aux agriculteurs, des technologies en matière de lutte anti - parasitaires.